Un texte de Roby St-Gelais en collaboration avec Mikaël Lalancette a fait jaser les amateurs de hockey junior dans les dernières heures : Les pires arénas de la LHJMQ. Ils ont fait leur travail de journaliste et c’est bien correct, mais je souhaitais amener le même sujet avec un peu plus de positivisme, pas nécessairement contre leur texte, mais en complément à celui-ci. Voilà le résultat.

Pas trop loin de la capitale fédérale s’établissait il y a plusieurs dizaines d’années dans le fameux Vieux Bob les Olympiques de Hull. Au fil des décennies, l’organisation a connu son lot de succès. Mais la vie du mythique centre tire aujourd’hui à sa fin et c’est un fait impossible à contredire.

La Côte-Nord recevait elle en 1997 son équipe : le Drakkar. Près de 30 ans après la construction du Centre Henry-Leonard, une équipe de la LHJMQ allait enfin y élire domicile. Aujourd’hui, il est difficile de parler de l’endroit sans se rappeler l’ambiance qu’y apportent les partisans de l’équipe en séries éliminatoires.

Et, dans une petite contrée éloignée du Québec, en 1993 naissait une équipe de la LHJMQ : les Foreurs de Val-d’Or. Dans un vieil aréna datant de 1949 allait bien vite se forger d’inoubliables souvenirs pour joueurs et partisans, que l’on nomme l’amphithéâtre Palais des Sports ou Centre air Creebec. Malgré des rénovations, du gros travail reste à faire selon les collègues de TVA Sports et du Journal de Québec.

Ces environnements ont tous en commun d’être riches en histoire. Évidemment, certains de ces arénas auraient besoin d’un peu d’amour, impossible de le nier. C’est d’ailleurs l’objet du reportage des deux journalistes nommés plus haut.

Mais, la beauté du hockey junior ne se trouve-t-elle pas dans les souvenirs et les émotions?

La première fois que je suis entré au Vieux Bob, mes yeux étaient grands et impressionnés. Quand j’observe l’ambiance à l’intérieur du Centre Henry-Leonard, j’ai presque des frissons. À l’intérieur d’un Centre air Creebec rempli et bruyant, dans lequel j’ai passé une bonne partie de ma jeunesse, j’ai les larmes aux yeux.

J’ai visité le Centre Vidéotron de Québec. Il est impressionnant. Et c’est très bien que des lieux comme celui-ci puissent être disponibles pour de jeunes joueurs qui parcourent l’Est du Canada de fond en comble tout en vivant leur rêve de joueur au hockey devant des centaines et des centaines de spectateurs attentifs.

Mais, est-ce vraiment la norme qu’il faut établir? Si tel est le cas, des équipes comme les Foreurs disparaîtront malheureusement de la carte. Même chose pour le Drakkar et quelques autres clubs du circuit.

Les partisans, eux, sont à la recherche de beaux moments qui deviendront un jour des souvenirs à partager. Des championnats remportés par leur équipe adorée, des records battus par leur joueur favori, des plateaux atteints par leur entraîneur chouchou. Aréna désuet ou neuf, ces événements sont tout aussi beaux et magiques.

En tant que Valdorien, j’ai évidemment des exemples plus faciles que d’autres en tête à partager. Le record de Mario Lemieux battu par J-P Dumont pour le plus de buts en séries éliminatoires (par vidéo, je suis tout jeune…), le but gagnant d’Alexis Pépin lors du 7e match face au Drakkar après une remontée 0-3 dans la série, l’élimination surprise des Cataractes de Shawinigan, ce ne sont que quelques exemples des beaux moments qu’a vécu le Centre air Creebec.

Pourquoi ce texte? Pas pour basher ceux qui ont fait leur travail de journaliste en écrivant peut-être sur un sujet sensible, que ce soit clair pour tous. Je le fais pour qu’on se souvienne que la beauté du hockey junior ne se trouve pas nécessairement dans l’esthétique d’un amphithéâtre, mais bien dans les souvenirs qui nous resteront en tête pour des années.

D’avoir une panoplie d’équipes dispersées à travers le Québec et dans les provinces maritimes permet à des centaines de jeunes québécois de vivre un véritable rêve. À force de vouloir élever les standards, quoique c’est compréhensible dans une certaine mesure, ce sont plus tard d’autres jeunes hockeyeurs qui seront privés de jouer dans un calibre plus que respectable, celui de la LHJMQ, car des organisations vont devoir s’avouer vaincues.

Bref, longue vie au pires arénas de la LHJMQ!

Quoi de mieux que quelques vidéos pour bien terminer le tout…

Un moment mythique dans l’histoire des Foreurs de Val-d’Or.
Le fameux but d’Alexis Pépin…
Un moment magique de Claude Giroux à Hull.
L’ambiance de fou à l’intérieur du Centre Henry-Leonard.

Photo : Dany Germain / Foreurs de Val-d’Or

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s